L’édifice est implanté au point le plus élevé du centre urbain. L’importance de l’église pour un bourg de la taille de « Bradeia » s’explique probablement par son appartenance au Chapitre de Paris.

Vue du ciel

L’église est dédiée à saint Étienne, premier diacre martyr. Elle est exactement orientée à l’Est, en direction du lever du soleil le jour de la Saint-Étienne d’été. En effet, au Moyen Âge, la Saint-Étienne était fêtée deux fois dans l’année :

  • la Saint-Étienne d’été, le 3 août
  • la Saint-Étienne d’hiver, le 26 décembre

Un témoignage de l’art gothique

Sur les animations ci-dessous l’arc et la culée sont du XVIe siècle, mais ils reprennent l’organisation gothique originelle.

Arc-boutant

À l’extérieur, il est possible d’observer quelques principes de l’art gothique comme l’arc-boutant et la culée.

Dans l’architecture gothique, l’arc-boutant associé à la croisée d’ogives* reprend les poussées des voûtes de la nef.
Les arcs-boutants, enjambant les bas-côtés et s’appuyant à distance de la nef sur des culées, permettent cet équilibre mécanique.

Culée

Dans l’architecture romane, la poussée des voûtes était répercutée sur des contreforts accolés à la nef. Dans l’art gothique, afin de gagner en légèreté le contrefort s’écarte de la nef : il est remplacé par une culée et un arc-boutant jouant le même rôle (bouter signifie pousser).

La culée est surmontée d’un pinacle apportant son poids afin d’équilibrer la poussée provenant de la voûte.